Bardane

Lappa Major

Famille : Asteraceae

Origine

France (au bord des chemins), toute l’Europe, Asie septentrionale, naturalisée en Afrique et en Amérique du Nord.

Description botanique

  • Plante herbacée bisannuelle robuste
  • 1ère année : large rosette de trés grandes feuilles simples (50 cm sur 30 cm), longuement pétiolées, à limbe ovale un peu cordiforme à la base, à bords ondulés et dentés, avec face inferieur blanchâtre
  • 2e année : tige de 80 à 150 cm, ramifiée, feuille ovale lancéolée plus petite que celles de la base
  • Racine longue, pivotante et charnue
  • Inflorescence terminale : corymbe lâche de gros capitules (3 cm de large) entouré de bractées imbriquées recourbées et terminées en crochet
  • Fleurs rouge pourpre tubuleuses (mâle et femelle)
  • Fruit : petit akène surmonté d’une courte aigrette de poils jaunâtres, rude, hérissé d’aiguillons
  • Récolte : racines avant la floraison, en automne si la plante est de 1ère année , au printemps la 2e année

Utilisation

Parties utilisées :
Racines, feuilles.

Diagnose rapide de la drogue :
Racine :

  • En rouelles de 2 cm de long sur 1 à 1,5 cm de diamètre
  • Ridée longitudinalement aprés dessication (légère mais dure)
  • Surface externe brun clair, blanc jaunâtre à l’interieur
  • Inodore à l’état sec

Saveur : sucrée devenant amère

Feuille :

  • Provenant de la rosette de 1ère année de végétation
  • De grande dimension (50 sur 30 cm) avec un long pétiole cannelé de 15 cm
  • Limbe vert jaunâtre (face supérieur), blanc grisâtre et tomenteux (face inférieur), nervation saillante
  • Pas d’odeur
  • Saveur amère.

Principes actifs :

  • Inuline (50%)
  • Mucilage (xyloglucanes et xylanes amers)
  • Huile essentielle (66 composants identifiés)
  • Composés polyénes et polyines linéaires ou cycliques (32 acides aromatiques, 14 polyacétylénes)
  • Polyphénols (acide caféique, chlorogénique, isochlorogénique)

Médecine

  • Furoncles, panaris, abcés, plaies variqueuses, staphylococcies en décocté,
  • Feuilles écrasées utilisées contre les plaies variqueuses
  • Usage externe : 60 g de racines/1l : décoction de 10 m comme trophique protecteur dans le traitement des crevasses, écorchures, gerçures et contre les piqures d’insectes

Médecine vétérinaire :
Médecine vétérinaire empirique :

  • gale, alopécie du chien : décoction de racines (50g/l)
  • toux des bovins : racine en poudre dans les aliments

Médecine vétérinaire moderne : dépuratif

Médecine vétérinaire homéopathique : drainage cutanée

Risques et contre-indications :
La racine peut se confondre avec la racine de belladone

Crédit photo : Needpix.com

Articles relatifs

2020-05-28T15:09:34+02:00
Go to Top