Romarin officinal

Rosmarinus officinalis L.

Famille : Lamiaceae

Origine

Colonise à l’état spontané les collines calcaires sèches et arides du midi méditerranéen souvent cultivé comme ornement.

Description botanique

  • Arbrisseau 0,5 à 1 m aromatique
  • Tige ligneuse
  • Feuille persistante, coriace linéaire enroulée sur les bords, vert sombre à la face supérieure et blanchâtre, tomenteuse, parcourue par une nervure médiane saillante à la face inférieure
  • Fleurs en glomérules rapprochés formant une sorte d’épi, corolle bilabiée, bleu pâle ou légèrement blanchâtre
  • Lèvre supérieure formant une sorte de casque à 2 lobes, lèvre inférieure à 3 lobes dont le médian est très élargi
  • Récolte : juin-juillet

Parties utilisées :

  • Feuille
  • Sommitée fleurie
  • Huile Essentielle de sommité fleurie

Principes actifs :
Acide rosmarinique :

  • Depside de l’acide caféique et de l’acide alpha hydroxy-dihydrocaféique
  • Pigments flavoniques : apigenine et luteoline
  • Principe amer : picrosalvine (carnosol)
  • Dérivés Terpéniques : ac. ursolique, amyrine
  • Lactone diterpénique : picrosalvine (amertume de la plante)
  • Huile Essentielle 1 à 2 p.100
  • Carbures terpéniques : pinène, camphène, cinéole 1,8 (eucalyptol)
  • Alcools terpéniques: bornéol
  • Acétate de bornyle, camphre et cinéole

Propriétés principales :
Cholagogue et Cholérétique :

  • ac. rosmarinique
  • Diurétique : ac. phénols + flavonoïdes
  • Spasmolytique : extrait riche en flavonoïdes
  • Antiseptique, cicatrisant

Huile essentielle du chemotype camphre :

  • Relaxante et décontracturante musculaire
  • Cholagogue et cholérétique
  • Mucolytique
  • Lipolytique
  • Décongestionnante veineuse
  • Emménagogue Huile essentielle du chemotype verbénone
  • Régénératrice hépatocytaire et drainante hépatique
  • Anticatrrhale, mucolytique
  • Régulatrice endocrinienne importante
  • Régulatrice nerveuse et cardiaque
  • Lipolytique
  • Cicatrisante et régénératrice cutanée

Médecine

  • Infusion 5 à 10 g/l, 15 mm ou Décoction 30 mm, 200 à 400ml /jour
  • Extrait Fluide 3 à 5 g/jour dans les affections hépatiques et contre les spasmes divers
  • L’alcoolature sous forme de friction en application locale pour l’antispesie et la cicatrisation des plaies

Huile Essentielle :
3 à 4 gouttes, 3 à 4 fois/jour par voie orale ou sous forme de lavement huileux dans les affections bactériennes et contre les spasmes

  • Crampes et contractures musculaires
  • Obésité, amas adipeux
  • Congestions veineuses, varices
  • Hypercholestérolémie, cholécystites, congestions hépatiques
  • Aménorrhées, oligoménorrhée

Aromathérapie :
Voie interne

Médecine vétérinaire :
Médecine vétérinaire empirique :

  • Fièvre élevée : infusion
  • Goutte des oiseaux : bains d’infusion

Médecine vétérinaire ancienne :
Compose le baume tranquille

Médecine vétérinaire moderne :

  • Antiseptique
  • Analeptique cardio-vasculaire
  • Tonique
  • Antiparasitaire
  • Contre la chute des poils

Risques et contre-indications :

  • Irritation des organes de la zone pelvienne, des reins
  • Effet épileptisant de l’Huile Essentielle
  • Application locale : rubéfaction
  • Huile essentielle contre-indiquée chez la femme enceinte et enfant en bas âge
Crédit photo : Wikimedia Commons

Articles relatifs

2020-06-18T15:43:34+02:00
Go to Top